Sites d’études : Marais Poitevin et Ile de Ré

Le Marais Poitevin

Le site d’étude du Marais Poitevin (211 km2), situé au-dessus de la Rochelle et limité au nord par la Baie de l’Aiguillon, se caractérise essentiellement par des zones intensives de cultures telles que blé, orge et maïs. Il existe cependant un large réseau de canaux, liés à l’exploitation agricole, qui permet très certainement au Busard des roseaux d’être présents en bonne densité et de se reproduire sur ce site, contrairement à la zone Atelier de Chizé où seuls quelques individus sont aperçus chaque année. Dans le Marais Poitevin, la population de busards se trouve cependant en densité plus faible que dans le Marais de Brouage, niche principalement dans le blé et se nourrit essentiellement de campagnols, comme son voisin, le Busard cendré Circus Pygargus. Bien que plus précoce que le Busard cendré en termes de phénologie de reproduction, des moyens de protection humains (i.e. carrés de grillage 2×2 m) doivent être mis en place sur le Marais Poitevin pour prévenir le fauchage des jeunes sur le nid durant les moissons. Pour le Busard des roseaux, le Marais Poitevin n’apparait donc pas, contrairement au Marais de Brouage et au Marais de Rochefort, comme un milieu naturel, mais comme un milieu complètement anthropisé et agricole.

L’Ile de Ré

L’île de Ré, faisant face à la Rochelle, s’étend sur 85 km2 et se compose principalement de grandes friches utilisées pour la conchyliculture, l’aquaculture et l’élevage. Les nombreux marais salants encore en activité sur l’île créent également un réseau de bosses très favorable à la nidification du Busard des roseaux et c’est dans ce genre de milieu que la population niche principalement sur l’île. Il est cependant à noter que quelques couples ont été trouvé nicheurs en forêt, habitat pour le moins atypique chez le Busard des roseaux. Le régime alimentaire de ces oiseaux sur l’île de Ré est ‘intermédiaire’ à celui de ceux du Marais de Brouage et du Marais poitevin, se composant principalement de lapins Oryctolagus cuniculus, espèce proie proliférant sur l’île, mais également d’insectes, passereaux, reptiles et poissons. Sur ce site d’étude, la densité de Busard des roseaux est assez faible, l’île comptant en moyenne une vingtaine de couples chaque année, mais la population semble stable. Ce site permets en particulier d’étudier une population insulaire de l’espèce, mais également d’étudier les échanges éventuels de population en île et continent.

Sites d’études : Marais de l’ouest et Marais de Rochefort
Sites d’études : Marais de Brouage