Sites d’études : Marais de l’ouest et Marais de Rochefort

Les Marais de l’ouest

Le département de la Charente-Maritime, situé dans la région Poitou-Charentes, non loin du Centre d’Etudes Biologiques de Chizé, est un département clé pour l’étude du Busard des roseaux Circus aeruginosus. En effet, ce département regroupe quatre sites d’études (i.e. le Marais de Brouage, les Marais de Rochefort, le Marais poitevin et l’Ile de Ré; variant très largement en termes de type de milieux et d’habitat disponibles pour la reproduction du Busard des roseaux, mais également en termes de disponibilité alimentaire, et présentent l’avantage de n’être situés qu’à quelques dizaines de kilomètres les uns des autres. Par ailleurs, les différentes populations de Busard des roseaux résidant sur ces sites sont sédentaires. Les caractéristiques particulières de ces différents sites ainsi que la faible distance qui les sépare, et la présence de l’espèce tout au long de l’année, permettent de mettre en place une étude comparative de la biologie de reproduction de cette espèce, au statut vulnérable.

Les Marais de Rochefort

Les Marais de Rochefort se situent entre les villes de Rochefort et La Rochelle (46°038 N – 0°98W) et couvrent une superficie de 182 km2. Ces marais humides, situés au Nord du Marais de Brouage, dans sa continuité, et séparés uniquement par la Charente, se rapprochaient beaucoup du type de milieux présent dans le Marais de Brouage. Cependant, depuis quelques années, ces marais ont été soumis à l’anthropisation et sont de plus en plus transformés en zone de culture, avec notamment l’apparition de nombreuses parcelles de céréales, essentiellement blé ou maïs. Les Marais de Rochefort présentent donc, à l’heure actuelle, une dichotomie entre parcelles agricoles et prairies (ou friches). Dans ces marais, la population de Busard des roseaux niche principalement dans des prairies ou friches, et se retrouve également dans les quelques patchs de roselières encore disponibles dans le milieu, mais toutefois en plus faible densité que dans le Marais de Brouage. Par ailleurs, la population se nourrit de proies très diverses, comme dans le Marais de Brouage, mais avec une proportion beaucoup plus grande de micromammifères et en particulier de campagnols Microtus arvalis, présents dans les parcelles agricoles avoisinantes. Les Marais de Rochefort apparaissent donc, pour le Busard des roseaux, comme une zone mixte entre milieu naturel et culture.

Sites d’études : Marais Poitevin et Ile de Ré
Sites d’études : Marais de Brouage