Résultats scientifiques

Nous menons une grande diversité de programmes de recherche sur la dynamique de la biodiversité dans différents anthroposystèmes. Neuf exemples parmi ces projets sont présentés ci dessous. Ces projets s’articulent selon un gradient, qui va de l’acquisition des ressources alimentaires à ses conséquences sur les écosystèmes, en passant par la dynamique des populations.

L’acquisition des ressources alimentaires dépend de nombreux facteurs parmi lesquels, sa qualité (exemple d’un grand herbivore qui cherche les ressources de qualité), mais ce comportement a aussi des conséquences sur la qualité des individus. (exemple des carotènes acquis dans la nourriture chez les busards) ou sur la reproduction et la valeur sélective des individus (cas des chevreuils).

L’abondance et la distribution des ressources alimentaires ne sont pas sans effets sur les dynamiques spatiales et temporelles des populations, ainsi que sur les mécanismes qui régulent ces populations. Ainsi, la distribution spatiale des ressources affecte la répartition des individus dans l’espace (le cas des outardes en Poitou-Charentes). Les relations proies prédateurs sont complexes, et nous les étudions dans différentes systèmes : en milieu agricole, à travers l’exemple de la dynamique cyclique du campagnol des champs et celle de son prédateur principal, le Busard cendré, mais aussi dans la savane africaine, avec l’étude des effets indirects de la predation. Plus subtilement, la distribution des ressources, qu’il s’agisse de ressources alimentaires ou de partenaires pour la reproduction, peut affecter les mécanismes de dispersion (exemple des busards).

Enfin, à l’échelle plus globale encore des communautés, les relations trophiques entre proies et prédateurs ou la dynamique des communautés d’espèces sont étudiées. Ainsi, les déterminants paysagers de la structure des communautés de criquets et de carabes sont analysés en plaine céréalière avec ses conséquences pour des prédateurs de criquets comme les outardes ou enfin à la communauté des rapaces nicheurs en France. Ces connaissances, certes fondamentales, sont très utiles à la gestion (exemple de la gestion des prairies par les grands herbivores).